La répartition des Territoires de proximité, actée à l’issue de plusieurs réunions de concertation, tant du côté des services que des élus, répond à plusieurs ambitions.

 

Être au plus près des communes

Les Territoires de Proximité doivent permettre d’être au plus proche des communes, tout en ayant atteint une taille critique suffisante pour disposer de l’ingénierie indispensable au bon fonctionnement en matière de voirie, assainissement et rivières, eau potable.

Le découpage en 3 Territoires de proximité permet cette bonne répartition des moyens humains et compétences.

 

La proximité, une priorité

Les Territoires de proximité sont nés de la volonté, partagée par les élus de Saint-Étienne Métropole et des communes, de voir la Communauté Urbaine exercer ses compétences au plus près des communes. La nouvelle organisation répond à cet objectif de proximité.

 

Des habitudes de travail en commun

Les trois Territoires proposés correspondent à l’actuel découpage des bassins versants : Ondaine, Gier, Furan. Ils ont donc l’avantage d’être en symétrie avec les habitudes historiques de travail dans les syndicats intercommunaux. C’est le cas pour l’Ondaine avec le Syndicat Intercommunal de la Vallée de l’Ondaine (SIVO) ; pour le Gier avec le Syndicat Intercommunal du Pays du Gier (SIPG) ou encore pour la vallée du Furan avec le Syndicat Intercommunal des Eaux du Furan (SIDEFU).

 

Un découpage qui a pris en compte l’élargissement du périmètre

Dès sa mise en œuvre, ce découpage a pris en compte l’élargissement du périmètre, qui verra huit nouvelles communes rejoindre les rangs de Saint-Étienne Métropole au 1er janvier 2017, et notamment côté nord (Saint-Galmier, Saint-Bonnet-les-Oules, Chambœuf et La Gimond). Ainsi, une antenne du Territoire Furan a été installée dès le 1er juillet 2016 à Andrézieux-Bouthéon, afin de permettre un champ d’action de proximité.