Saint-Étienne Métropole et les communes travaillent à maintenir une grande réactivité dans la gestion de la relation à l’usager, sur les compétences voirie, eau potable et assainissement.

 

Depuis le 1er janvier, et son évolution en Communauté Urbaine, Saint-Étienne Métropole exerce de nouvelles missions de service public comme la voirie ou l’alimentation en eau potable via trois Territoires de proximité.

De la bonne articulation entre les Territoires de proximité de Saint-Étienne Métropole et les services communaux, dépend le bon traitement de la demande usager et donc la réactivité dans l’action publique.

 

Les principes du Pacte Métropolitain stéphanois

Le Pacte Métropolitain stéphanois, adopté au moment de l’évolution en Communauté Urbaine, rappelle que les communes restent « le lieu où s’exercent le plus largement et le plus simplement la participation et le contrôle des citoyens (…) ; le lieu privilégié pour le maintien et le développement des services publics de proximité au bénéfice des populations. »

En concertation avec les élus communautaires, ces principes fondateurs ont été déclinés pour clairement définir qui fait quoi dans la relation à l’usager. Il en est ressorti les deux postulats suivants :

  • la relation usagers est prise en charge par les communes (de même que la gestion dite de proximité).
  • les Territoires de proximité, centres de ressources dotés d’ingénierie, ne reçoivent pas de public.

 

L’organisation mise en place

L’articulation instaurée entre les Territoires de proximité et les communes répond à ces deux postulats.

Les communes gèrent les demandes des usagers, continuent à enregistrer et à qualifier les dites-demandes.

Les Territoires agissent en « back office » pour le traitement de ces demandes.

Le processus de traitement de la demande usager est résumé sur le schéma suivant.

 

DemandeUsager